Groupe-d entre-aide-Fibrose-Pulmonaire-Interstistielle

Groupe-d entre-aide-Fibrose-Pulmonaire-Interstistielle

L’espoir des associations d’antifibrosants dans la fibrose pulmonaire idiopathique

Une étude démontre la sécurité d’emploi et le bénéfice clinique de l’ajout de la pirfenidone au traitement par nintedanib.

Si le nintedanib et la pirfenidone ont tous deux, séparément, montré qu’ils permettaient de ralentir la progression de la fibrose pulmonaire idiopathique (FPI), ils ne permettent pas de stopper son évolution. Pour de nombreux experts, une association de traitements ces traitements antifibrosants pourrait constituer une stratégie intéressante pour améliorer la prise en charge de la maladie. L’étude Injourney, présentée par Boehringer Ingelheim au congrès de l’ERS, a donc évalué l’utilisation du nintedanib (Ofev), auquel on ajoute de la pirfenidone dans le traitement de la FPI, comparé au nintedanib seul. Publiée aussi dans l’American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine (10 septembre 2017), cette étude randomisée, en ouvert, avait pour critère principal d’évaluation le pourcentage de patients présentant des événements indésirables gastro-intestinaux.

Les résultats 12 semaines après l’inclusion montrent que le profil de sécurité d’emploi et de tolérance de la bithérapie est acceptable pour la majorité des patients, et conforme aux profils connus de chacun des deux médicaments chez les patients atteints de FPI. Et concernant l’efficacité, les analyses suggèrent un bénéfice potentiel du traitement associant le nintedanib et la pirfenidone, avec un ralentissement plus marqué du déclin de la capacité vitale forcée (CVF) chez les patients traités par la pirfenidone en plus d’un traitement de fond par le nintedanib versus le nintedanib seul.

En outre, le portentiel du nintedanib pourrait aller au-delà de la FPI. Boehringer Ingelheim soutient, en effet, deux nouvelles études cliniques dans des maladies pulmonaires fibrosantes évolutives, autres que la FPI : l’étude Senscis pour des patients atteints de sclérodermie qui ont également développé une pneumopathie interstitielle (ScS-PI) ; et l’étude PF-ILD dans d’autres pneumopathies interstitielles fibrosantes évolutives.

 

Sources : 

Communication de Boehringer Ingelheim lors du congrès de l’European respiratory sociéty (ERS, Milan 9-13 septembre 2017). American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine (10 septembre 2017.

http://www.atsjournals.org/doi/abs/10.1164/rccm.201706-1301OC

 

sources: https://egora.fr/actus-medicales/pneumologie/32175-ers-2017-l-espoir-des-associations-d-antifibrosants-dans-la



10/10/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 106 autres membres